Bulletin test du scanner diapo Reflecta DigitDia 6000

En septembre 2011, la société allemande Reflecta apportait sur le marché le scanner de magasins DigitDia 6000 comme successeur du scanner éprouvé et apprécié Reflecta DigitDia 5000, qui était commercialisé déjà depuis 5ans. La série des scanners magasins reflecta atteint ainsi la 4ème génération, depuis que la société de Rottenburg a présenté son premier modèle en 2003 pour numériser directement les diapos de magasins.


Dans notre boutique de scanners de film, le deux scanners de magasins reflecta DigitDia 6000 et reflecta DigitDia 6000 avec SilverFast Ai Studio sont disponibles.

DigitDia 4000 prenait déjà le relais après un an de l'apparition du premier modèle DigitDia 3600 et il présentait ainsi une nouveauté absolue avec son unité de correction d'égratignure et de poussière basée sur le matériel, ce qui constitue une valeur ajoutée vis à vis du prédécesseur. En 2006 apparaissait DigitDia 5000; Ses nouveautés étaient un port USB 2.0 (au lieu d'un USB 1.0 chez le prédécesseur) et des temps de scan élevés.

Et maintenant arrive DigitDia 6000. En gros, la différence au 5000 est un nouveau capteur: Le nouveau modèle fournit une résolution nominale de 5000 ppi - le modèle précédent DigitDia 5000 atteignait une valeur de 3600 ppi. A quel point cette augmentation de la résolution se laisse identifier dans la pratique et si le nouveau capteur CCD est vraiment meilleur que l'ancien, on le saura dans le cadre de ce bulletin test. A côté de la qualité d'image, on aborde aussi les thématiques de maniement du scanner, du logiciel livré et de la vitesse de scan.

Équipements, accessoires et caractéristiques du DigitDia 6000

Si on déballe le reflecta DigitDia 6000, on peut penser à avoir obtenu le mauvais appareil: Le scanner est exactement similaire à son prédécesseur DigitDia 5000. Seulement à l'aide du logo avec la désignation du modèle, on peut identifier le nouveau appareil de la nouvelle génération. En ce qui concerne le boîtier, il ne s'est rien changé depuis le premier modèle de la série DigitDia. Ceci n'est certes obligatoire, car il s'agit d'un design simple et fonctionnel d'un projecteur diapo, mais on voudrait le voir volontiers, si le boîtier était conçu plus moderne pour le reconnaître d'un coup d'œil de son prédécesseur.

Scanner de magasins DigitDia 6000 de Reflecta

Les équipements de DigitDia 6000 correspondent à ceux du prédécesseur. Par conséquent, le scanner dispose d'une correction d'égratignure et de poussière basée sur le matériel. Contrairement au DigitDia 5000, on appelle maintenant cette fonction MagicTouch et pas ICE. Du côté technique, les deux processus de correction se différencient seulement du côté logiciel - la modification n'a que des raisons de licence. Si on numérise avec SilverFast, ainsi tout reste comme auparavant même du côté nominatif: Chez le logiciel de scan LaserSoft Imagings la correction d'égratignure et de poussière s'appelle toujours iSRD. Tous ces processus (iSRD, ICE, MagicTouch) ont en commun, qu'un rayon infrarouge explore les montagnes et les valées de la pellicule et le processus de correction correspondant de ce profil et des pixels environnants exécute automatiquement des corrections d'image.

Le branchement du DigitDia 6000 au PC sera garantie par un port rapide USB-2.0. Le port FireWire, duquel dispose certes DigitDia 4000 mais pas DigitDia 5000, n'existe plus chez le nouveau modèle. USB-2.0 est compatible en aval c.à.d. on peut même branché DigitDia par le port USB-1.0. Car on transfère lors de la numérisation une grande quantité de données et l'USB 1.0 est beaucoup plus lent, on ne le recommande pas. Un port USB 3.0 ne sera pas plus opportun? L'USB 3.0 est certes plus rapide que l'USB 2.0 mais devant des temps de numérisation en minutes, un transfert de données rapide d'une seconde ne représente pas une économie de temps importante.

Comme il est déjà évoqué, rien n'a changé dans le boîtier du scanner. La mécanique, les éléments de réglages et l'apparence optique correspondante à un projecteur diapo ordinaire avec une exception: Un objectif manque sur la façade de l'appareil. Au lieu de cela, on trouve à l'intérieur une source lumineuse DEL et un capteur CCD. Ceci est la nouveauté du DigitDia 6000: Il offre une résolution de 5000 ppi. Même la densité maximale Dmax a été augmentée selon le fabricant. L'intensité de couleurs s'éleve à 48 Bit.

Les éléments de réglages et le voyant du DigitDia 6000

Sur un côté du boîtier, on trouve trois boutons avec lesquels on peut faire bouger le magasin en avant ou en arrière et déclencher le processus de scan. La DEL verte donne des infos sur le statut actuel du scanner. Apte à la pratique sera un petit voyant, dans lequel on peut insérer et contempler une diapo. Dés qu'on place une diapo dans le voyant, il s'active automatiquement. Si on enlève la diapo, la luminosité s'éteint. Le voyant est un moyen pratique, avec lequel on peut contempler rapidement une diapo, p.ex. pour garantir qu'on numérise la bonne image.

Au volume de livraison de notre appareil de test appartient un magasin CS, qui peut comporter plus de 100 diapos. Ceci se révéle pratique pour quelqu'un qui n'a pas déjà archivé ses diapos dans les magasins. Le scanner s'en sort avec toutes les sortes des magasins diapos; les magasins CS de reflecta y appartient naturellement, mais aussi les magasins universels, ronds, LKM ou Paximat. Les collections diapos en forme de magasins peuvent être numérisées directement sans être obligé d'enlever chaque diapo.

Si on a stocké les diapos dans des pochettes d'archive ou ailleurs, on devra les transvider pour la numérisation dans des magasins. Dans notre boutique en ligne, vous trouverez une sélection large de magasins diapos de différents genres.

Comme un scanner diapo, DigitDia 6000 peut seulement numériser des matériaux en cache de 35mm. Les bandes de film ne se laissent pas traiter avec ce scanner. Néanmoins, on peut numériser les négatifs (n/b ou colorés): En plus, toutes les images doivent être en cache. Dans le logiciel de scan, on doit seulement régler le fait, qu'on veut numériser le négatifs ou lieu des positifs.

La surface de scan maximale saisie par le DigitDia s'éleve à 37,5 x 37,5 mm. Le format de 35mm mesure 36 x 24 mm. Ainsi, on peut même numériser directement des images à format portrait sans devoir les pivoter au format paysage. Une identification de format automatique du logiciel permet de saisir le bon fragment d'image.

Installation et mise en service du reflecta DigitDia 6000

La démarche d'installation de DigitDia 6000 ressemble à la plupart des autres appareils USB: En premier, on installe le logiciel; pour cela on insére la DVD livrée dans le lecteur et on suit les instructions à l'écran. Si l'installation est terminée, on peut brancher le scanner au courant et par USB 2.0 au PC .

L\'envers de DigitDia 6000

Si on allume maintenant le scanner, le système d'exploitation signalise la découverte d'un novueau matériel et il installe automatiquement les drivers correspondants, qui ont été déposé dans le système lors de l'installation du logiciel. Dés que la DEL du scanner cesse de clignoter et sera verte, on poura débuter avec la numérisation.

Pour cela, on doit insérer un magasin de diapo dans le scanner. Celui qui a déjà manié un projecteur diapo, saura d'emblée ce qui sera à faire: On insére le magasin par l'arrière jusqu'à la glissière de transport s'encliquete complétement dans le scanner. C'est tout - tout autre sera réglé du logiciel ou des boutons latéraux de DigitDia 6000.

Reflecta apporte des mises à jour pour le logiciel et même les logiciels système, qu'on peut télécharger gratuitement de la page web de reflecta. Après avoir installé le scanner, on recommande d'installer absolument une mise à jour du logiciel et du logiciel système, afin de pouvoir travailler avec la version actuelle. Les mises à jour comportent des améliorations de fonctions mais aussi des réparations d'erreur.

Avant de commencer la numérisation de toute la collection diapo, on devrait faire des scans de test pour se familiariser avec la mécanique du scanner et surtout de savoir quels réglages peuvent réaliser les meilleurs résultats. Ceci ne dépend pas de l'emploi prévu, mais du goût personnel. Cela serait embêtant de réaliser après la numérisation de la moitié, qu'un autre réglage aurait fourni un meilleur résultat et on doit décider soi de répéter le tout ou d'accepter le fait qu'une moitié des scans existe avec une mauvaise qualité.

Numérisation des diapos de 35mm avec des magasins différents

Comme déjà évoqué, le reflecta DigitDia 6000 peut traiter les différents types de magasins. Comme appareil spécial, le Digit se restreint seulement sur la numérisation directe des diapos de 35mm encadrées du magasin mais pas des autres formats. On ne peut même pas traiter des bandes de film de 35mm. Les négatifs peuvent être numérisés mais ils doivent être encadrés et triés dans un magasin diapo.

DigitDia 6000 est selon les données du fabricant compatible avec les types de magasin suivants:

  • CS-magasins Reflecta pour 40 ou 100 caches CS
  • Magasins universels selon DIN 108 pour 36 ou 50 diapos de 35mm
  • Paximat 36/36S, 50/50S et magasins ronds 100/100S
  • Magasins compacts 50 Paximat Multimag
  • Magasins LKM

Ainsi, tous les types de magasins courants sont couverts. Celui qui stocke ces diapos dans des magasins exotiques, il doit les transvider bon gré mal gré dans les magasins évoqués ci-dessus. Le transport fonctionne au mieux avec les propres magasins CS, ce qui n'est pas étonant. Mais on ne peut pas compter sur le fait, qu'un magasin de 100 diapos sera numérisé en une seule fois.

Reflecta DigitDia 6000 numérise des magasins de diapos complets.

Lors de nos tests, il y a eu 1-2 bourrages par magasin CS à 100 diapos, de sorte qu'on devrait intervenir et démarrer à nouveau le processus de scan. Ce bourrage est tellement embêtant, si on démarre le scan, on abondonne le lieu de travail et si on veut s'assurer quelques heures après que tout allait bien, on réalise que le scan a été annulé après les premières diapos.

Avec les magasins LKM, le DigitDia s'en sort très bien, mais il y a couramment dees bourrages qu'avec les magasins CS. Les plus grands problèmes aura le scanner avec les magasins universels et plus précisément, lorsqu'il est équipé avec de différents genres de cadres. Une confusion des caches en carton fins, des caches en plastiques normaux et des caches de verres épais arrêtent le DigitDia - Dans ce cas, il sera rentable de s'assoir au bureau pour intervenir chaque fois.

Au contraire des magasins ronds Paximat, avec lesquels le transport automatique se déroule sans difficulté, ce qui est dû au fait, que les diapos dans le magasin Paximat sont fixées dans leur position, même si on doit envisager des arrêts.

Celui qui veut numériser sa collection de diapo avec le DigitDia 6000, doit être conscient du fait, qu'un magasin complet ne peut être numérisé qu'avec l'intervention de l'utilisateur. La régle est la reproduction de bourrages, de sorte qu'on est obligé à redémarrer le scanner à nouveau.

La condition préalable pour un transport sans difficulté est le fait que les caches diapo ne sont pas déformés ou endommagés - ceci s'applique aussi sur le mécanisme de transport des projecteurs diapos et que rien n'est mal monté dans le DigitDia.

Pour l'utilisation des magasins universels et standards de Paximat (pas de type S) en combinaison avec les caches minces, la glissière de transport de DigitDia dispose d'un adaptateur, qu'on peut pousser vers l'avant de sorte qu'il s'offre une large surface d'appui lors de l'insertion automatique des diapos dans le scanner. De cette manière, on prévient le fait que la glissière passe à côté de la diapo et ne transporte pas celle-ci dans le scanner.

Ascenceur diapos

Par un ascenceur diapo accessible en haut de l'appareil, on peut insérer et éjecter les diapos dans le scanner. Ceci est très pratique, p.ex. lorsqu'on veut numériser des diapos ou on veut s'assuer du fait, que la diapo correspondante est mise en place dans le scanner. Même le petit voyant à côté du DigitDia 6000 peut être si utile pour contrôler rapidement une diapo avant de la numériser.

Même si le DigitDia dispose de la fonction MagicTouch pour la correction automatique d'égratignure et de poussière, on devrait faire le nettoyage des diapos avant d'insérer le magasin dans le scanner, de manière à ce qu'elles sont sans particules de poussière. Tout le magasin chargé sera nettoyé avec un spray à air comprimé. Car moins l'unité de correction d'égratignures et poussière doit réparer, plus meilleur sera le résultat de l'image: Quand chaque grain de poussière cache des détails fins, MagicTouch ne peut plus saisir les informations d'image. Cependant, ceci est meilleur pour l'appareil, moins de poussière parvient à l'intérieur.

Celui qui veut investir plus d'effort dans le nettoyage des diapos pour avoir un résultat d'image optimal, on lui recommande l'utilisation d'une brosse antistatique, avec laquelle on peut éliminer plus de poussière qu'avec le spray à air comprimé.

Le logiciel livré du DigitDia 6000

Dans le volume de livraison du DigitDia 6000 se trouve comme chez tous les scanners reflecta le logiciel de scan CyberView, qui était en version X5 lors du déroulement de ce test. CyberView offre au utilisateur les fonctions de base pour le maniement du scanner y compris le transport de diapo avec une petite sélection d'outils pour le réglage image:

CyberView X5

Avec l'aide des variations, on peut contrôler la coloration et la luminosité de l'image par des petits aperçus. Le réglage de couleurs dispose de trois régulateurs de couleurs (RVB), de luminosité, de contraste et de saturation. Avec l'outil courbes et plans, on peut régler les courbes de gradation et les valeurs tonales. Malheureusement, le réglage est imprécis et d'autres outils comme la correction de couleurs sélective n'est même pas disponible.

Les éléments de réglages spéciaux pour le traitement en pile se composent de 5 boutons, avec lesquels le transport de diapos se laisse régler (en avant, en arrière, charger à nouveau le magasin, préfixer la position actuelle et aller vers...) ainsi qu'une petite fenêtre appelée affichages miniatures, avec laquelle on peut afficher toutes les diapos du magasin inséré ou une sélection dans un aperçu se composant d'imagettes des diapos. Mais ceci prend beaucoup de temps d'afficher tout le temps un aperçu du magasin complet, car on doit faire obligatoirement un prés-scan de chaque diapo du magasin complet - même si dans une résolution faible.

Malheureusement, il ne s'est rien changé chez CyberView depuis les dernières versions et le maniement est tout autre qu'intuitif. Après un certain temps d'entraînement, on s'en sort bien.

Dans le chapitre qualité d'image avec SilverFast Ai Studio, on verra bien que Reflecta DigitDia 6000 fournit des scans plus meilleurs, quand il sera exploité avec le logiciel de scan professionnel SilverFast Ai Studio. SilverFast Ai Studio ne fournit pas de scans plus meilleurs que le logiciel standard CyberView, mais il offre à l'utilisateur plusieurs options de réglages. Des informations détaillées sur le logiciel de scan SilverFast, vous les trouverez sur notre page questions et réponses sur SilverFast.

La qualité d'image de reflecta DigitDia 6000

La chose unique, qui différencie reflecta DigitDia 6000 de son prédécesseur, est le nouveau capteur, qui offre maintenant une résolution nominale de 5000 ppi au lieu des 3600 ppi. On verra ainsi dans ce chapitre, à quel point cette amélioration de performance se laisse transmettre sur la pratique.

Pour cela, on débute avec la résolution. Un scan de 35mm (3,6 x 2,4 cm) avec la résolution maximale donnée par le fabricant de 5000 ppi, résulte par calcul un fichier d'image avec 7087 x 4724 pixels, à vrai dire 33,5 mégapixels. Un tel fichier TIF a une grandeur de fichier de 96 Mo. Ceci impressionne trop. Celui qui a déjà abordé la thématique de la numérisation, il saura bien que la résolution maximale déclarée par le fabricant et celle effective sont tout à fait différentes. Faisons alors un test de résolution avec la cible USAF-1951 (voir en plus notre page web sur la résolution):

Résolution DigitDia 6000

Avec un scan avec la résolution la plus élevée de 5000 ppi, les lignes horizontales de l'élément 5.5 et celles verticales de l'élément 6.3 se laissent différencier. Selon le tableau de résolution USAF, il résulte des résolutions de 2580 dpi ou bien de 4096 dpi. En moyenne, il en résulte une résolution d'environ 3300 ppi. Ainsi, DigitDia 6000 ne fournit que 66% de la résolution optique déclarée du fabricant. On doit ainsi corriger un scan de 5000-ppi à cette résolution effective de 3300 ppi pour obtenir un fichier avec 4677 x 3118 pixels c.à.d. 14,6 mégapixels et une grandeur de donnée en format TIF de 44 Mo. De cette manière, les imprimés de haute résolution peuvent atteindre un format de 39 x 26 cm.

Le prédécesseur DigitDia 5000 totalisait une résolution effective de 3100 ppi, ce qui fait résulter un fichier de 4394 x 2929 pixels (13 mégapixels) et une grandeur de fichier de 37 Mo d'un scan de 35mm. Avec un tel fichier, il se laisse réaliser des imprimés de 38 x 25 cm dans une bonne qualité. DigitDia 6000 dépasse son prédécesseur dans la matière de résolution de 200 ppi.

On doit considérer le fait suivant: Pour obtenir une résolution effective de 3300 ppi, on doit numériser avec la résolution maximale de 5000 ppi. Si on numérise p.ex. avec 3300 ppi, alors la résolution effective se réduit à 2500 ppi. Les scans avec une résolution de 5000 ppi ont 33,5 mégapixels, pendant que l'information effective s'élève à 14,6 mégapixels. Presque 20 millions pixels comptent doubles et doivent être calculés ultérieurement pour obtenir des petits fichiers d'images. Ceci sera interpolé de manière bicubique avec le programme de traitement d'image comme Photoshop®. Ceux plus chers comme le Nikon SuperCoolscan 5000 ED se distinguent du fait qu'un traitement ultérieur ne sera pas indispensable; il numérise avec une résolution de 4000 dpi et livre une effective de 3900 dpi c.à.d. environ 98% de la résolution nominale.

Reflecta DigitDia 6000 fournit avec un scan de 5000 dpi une résolution effective de 3300 dpi; ceci correspond environ deux tiers de la résolution nominale. Le scanner tire d'une diapo de 35mm une résolution effective de 15 millions de pixels.

Car la résolution n'est pas le critère le plus important pour la qualité d'image d'un scanner, regardons maintenant l'étendu de densité: Selon le farbicant, DigitDia 6000 saisit une densité maximale de Dmax = 3,8. Ceci laisse déduire un étendu de densité de 3,3, ainsi ce scanner donne une performance moyenne et plus faible que celle de Nikon Super Coolscan 5000 ED. Vis à vis du prédécesseur DigitDia 5000, rien n'a changé. Ceci sera vu dans la pratique: Les scans avec le logiciel reflecta CyberView démontrent un contraste élevé, les dessins détaillés de la profondeur et de la luminosité disparaissent.

Diapo de test

Regardons maintenant la correction d'égratignure et poussière de reflecta DigitDia 6000, qui n'est plus ICE, mais s'appelle désormais MagicTouch. En principe, elle accomplie de bons services, même si elle n'est pas performante que la fonction ICE du Nikon Super Coolscan 5000 ED: De temps en temps un grain de poussière réussi à apparaître dans le scan.

Ceci peut être compris des scans de test suivants: On a une diapo extrêmement sale pour le DigitDia 6000 avec une fonction MagicTouch activée et le Nikon Super Coolscan 5000 ED avec la fonction ICE activée. Comme vous le pouvez voir à gauche dans la petite image, la diapo n'est pas seulement couverte de poussière mais aussi pleine des empreintes digitales.

Comparaison ICE et MagicTouch

Si vous cliquez sur l'imagette suivante, il s'ouvre en haut un extrait d'image marqué en rouge avec une échelle de 100%. Pour cela, on a corrigé vers le bas le scan de 5000-ppi du DigitDia à 4000 ppi, de sorte qu'on peut comparer directement les deux scans avec la même grandeur. L'affichage commute toutes les deux secondes entre le scan non corrigé, le scan de DigitDia avec MagicTouch et celui de Nikon-5000 avec ICE.

On peut identifier clairement: Avec les empreintes digitales, les deux processus de correction ne s'en sortent pas bien - malgré qu'ils ne sont pas conçus pour cela. Mais le Nikon Super Coolscan 5000 ED a reconnu et éliminé tous les grains de poussière contrairement au reflecta DigitDia 6000. Chez le scan DigitDia, on reconnait encore quelques tâches. Mais on doit dire qu'il s'agit ici d'un exemple extrême: Normalement les diapos ne sont pas si salies comme notre diapo de test (ou elles ne devraient pas l'être) et dans le cas de saleté modérée, la fonction MagicTouch du scanner reflecta effectue de bons services. Il est ici recommandé de nettoyer avant la numérisation les diapos avec une brosse antistatique afin d'éliminer effectivement de la surface image les salissures et les grains de poussière.

Dans l'ensemble, on peut dire que la performance de la correction d'égratignure et de poussière du DigitDia 6000 est restée au niveau du modèle précédent DigitDia 5000. Rien n'a changé icic malgré le changement des algorithmes de correction et du nom de ICE à MagicTouch.

La qualité d'image avec le logiciel de scan SilverFast Ai Studio

Pour le Reflecta DigitDia 6000, il y a à côté du logiciel de scan standard CyberView optionnellement le logiciel professionnel SilverFast Ai Studio. Il s'agit ici d'un logiciel de scan de haute qualité du fabricant allemand LaserSoft Imaging, qui a été conçu depuis des décennies et sera développé continuellement. Ci-dessous nous examinons comment la qualité d'image du DigitDia 6000 change, quand on exploite le scanner avec le logiciel de scan SilverFast Ai Studio.

Diapo de test

Regardons la qualité d'image de reflecta DigitDia 6000 avec le logiciel SilverFast du fabricant Lasersoft Imaging. On connais de notre expérience, qu'on obtiendra avec ce logiciel de scan professionnel des résultats meilleurs qu'avec CyberView.

Au moment du test, SilverFast était disponible pour DigitDia 6000 dans la version 8 Ai Studio et CyberView était livré dans la version X 5. Pour comparer les résultats des deux logiciels, on aura recours sur notre diapo de test utilisée auparavant avec le paysage montagneux pittoresque. Les deux compartiments rouges seront examinés en détail dans une perspective à 100%.

Comparaison de SilverFast et CyberView

Sur le premier coup d'œil, on reconnait de l'extrait d'image ci-contre, que les dessins en ombres avec le scan de SilverFast sont plus prononcés et laissent identifier plus de détails qu'avec le scan avec CyberView. Pendant que le scan CyberView montrent des surfaces entières en noir unitaire, on reconnait dans le scan de SilverFast des différentes couleurs grises.

Cliquez sur l'imagette à gauche pour ouvrir une fenêtre de la partie inférieure de l'image avec l'extrait des zones ombreuses (voir les repères rouges de l'image exemplaire affichée au-dessus). L'affichage commute toutes les 3 secondes entre les scans avec SilverFast et avec CyberView.

Comparaison SilverFast et CyberView

Pas seulement dans les zones sombres de l'image mais aussi dans la lumière, les résultats des deux logiciels se différencient énormément: SilverFast livre même ici des dessins plus balancés. Où le scan CyberView n'affiche que des surfaces blanches unitaires, on peut identifier encore des détails dans le scan SilverFast-Scan. L'extrait d'image avec des montagnes bien éclairées (voir le repère rouge) le confirme nettement. Un clic sur l'imagette permet de faire commuter toutes les 3 secondes l'image de comparaison entre les deux scans. Sur le premier coup d'œil, le scan CyberView semble meilleur avec sa fonction d'optimisation de contraste automatique pour les couleurs vives. Seulement après un regard de près, on identifie le fait que le scan de SilverFast montre plus de détails dans les zones claires.

Ci-dessous, on fera une balade à Tegernsee pour contempler 3 images numérisées une fois avec CyberView et une autre fois avec SilverFast Ai Studio. Pour pouvoir comparer objectivement les scans, on a renoncé aux corrections manuelles ou automatiques. On a utilisé seulement la fonction d'élimination automatique d'égratignure et de poussière iSRD ou MagicTouch. Les différences ne seront reconnues que lors de la contemplation des images dans la grandeur originale (voir l'extrait d'image dans l'exemple prochain).

Comparaison des scans de DigitDia6000 avec CyberView et Silverfast Comparaison des scans de DigitDia6000 avec CyberView et Silverfast Comparaison des scans de DigitDia6000 avec CyberView et Silverfast

Si on clique sur l'une des images, il s'ouvre une fenêtre, dans laquelle l'affichage change sans cesse entre les deux scans (CyberView et SilverFast Ai Studio). On peut reconnaître chez les trois images, que l'utilisation du logiciel SilverFast exige moins de traitement ultérieur. Les scans émis authentiquement sans faire de grands réglages avec le logiciel, nous économisent beaucoup de temps en cas d'un traitement d'image ultérieur.

En fin de compte, on veut voir naturellement, ce que fournit le logiciel de correction d'égratignure et de poussière iSRD de LaserSoft Imagings en comparaison avec la technologie de reflecta MagicTouch. Tous les deux méthodes de correction se basent, comme il est aussi le cas de l'ancienne technologie ICE, sur l'exploration infrarouge de la surface de film, qui est déjà implémentée dans le hardware du scanner. Les différences éventuelles des résultats sont provoquées des données livrées du scanner et leur mise en œuvre par le logiciel.

Comparaison iSRD et MagicTouch

On consulte encore une fois notre diapo de test extrêmement salie et on l'a numérise maintenant avec SilverFast et une fonction iSRD activée. Comme il est le cas au-dessus avec l'extrait d'image affiché (cette fois-ci dans un scan en grandeur originale de 5000-dpi), l'imagette montre aprés un clic au-dessus, que SilverFast fournit des meilleurs résultats que le logiciel de scan CyberView. Seulement une grande tâche sur le côté gauche de l'extrait n'a pas été éliminée - on devra dans ce cas retoucher manuellement ou faire un nettoyage de pellicule avant la numérisation. La correction d'égratignure et de poussière n'atteint pas certes le niveau de celle d'un scanner professionnel comme Nikon Super Coolscan 5000 ED mais elle livre des meilleurs résultats.

Reflecta DigitDia 6000 offre une qualité d'image plus meilleure sous utilisation du logiciel de scan Silverfast Ai Studio. Le calibrage couleurs IT-8 et les meilleurs algorithmes de traitement d'image contribuent à cela.

La vitesse de scan de reflecta DigitDia 6000

Comme un scanner de magasins conçu à numériser automatiquement un grand nombre de diapos en mode pile sans intervention de l'utilisateur, reflecta DigitDia 6000 n'a pas absolument d'un miracle de vitesse. En conclusion, on peut équiper le scanner entiérement avec un magasin de diapos et le laisser faire son travail après le démarrage du processus de scan.

Mais la question de vitesse n'est pas sans importance, car il fait une différence si la numérisation d'un magasin dure deux ou douze heures. C'est pourquoi, on a soumis le DigitDia 6000 à un test de vitesse. Pour cela, on a branché l'appareil par USB 2.0 à un ordinateur windows 7 de 64 bit équipé d'un processeur Core i7-860 et d'une mémoire de 4 GB RAM.

On a déterminé les temps de scan avec une mise en service de SilverFast Ai Studio:

Processus avec SilverFast Ai Studio sans iSRD avec iSRD
Aperçu d'une diapo 0:29 min -
Scan d'une diapo avec 1250 ppi 0:52 min 1:33 min
Scan d'une diapos avec 2500 ppi 1:32 min 2:02 min
Scan d'une diapos avec 5000 ppi 4:02 min 9:00 min
Scan 5000 ppi d'un magasin à 100 diapos ca. 7 h ca. 16 h

Vous pouvez prélever du tableau suivant les temps de scan avec la mise en service du logiciel de maison CyberViewX:

Processus avec CyberView X sans MagicTouch avec MagicTouch
Aperçu d'une diapo 1:04 min -
Scan d'une diapo avec 1250 ppi 1:17 min 1:41 min
Scan d'une diapo avec 2500 ppi 2:21 min 3:17 min
Scan d'une diapo avec 5000 ppi 5:43 min 6:50 min
Scan 5000 ppi d'un magasin à 100 diapos ca. 10 h ca. 12 h

Vous voyez que le DigitDia ne représente pas un miracle de vitesse même dans sa nouvelle génération. Avec les résolutions correspondantes, le 6000 est même plus lente que son prédécesseur:

Un scan de 3600-ppi avec DigitDia 5000 ne dure que 3:02 minutes, pendant qu'un scan de 2500-ppi (une résolution plus faible!) dure avec le nouveau DigitDia 3:18 minutes. Comme il a été déjà évoqué, cette circonstance se laisse supporter seulement par le fait qu'il s'agit d'un scanner avec un traitement automatique en pile. Mais le fait, pourquoi le nouveau modèle est devenu plus lent que son prédécesseur, reste incompréhensible.

Garantie

Reflecta réduit la garantie de DigitDia 6000 jusqu'à 20000 scans. Ceci peut être un scan d'index, un pré-scan ou un scan principal. Si vous sélectionnez pour le scan principal l'option d'exposition multiple (Multi-Exposure) dans le logiciel de numérisation, ainsi l'image insérée sera balayée deux fois et le compteur de balayage se double aussi. Le même s'applique sur les scans multiples.

Résumé, bilan

Reflecta DigitDia 6000 est un appareil spécial pour la numérsation automatique d'un grand nombre de diapos en cache, ce qui représente un avantage pour le scanner. En comparaison avec son prédécesseur DigitDia 5000, la résolution a certes augmenté, mais la qualité d'image est restée la même. Dommage aussi pour le fait que le scanner a perdu de vitesse - un déficit acceptable chez un scanner de magasin.


Dans notre boutique de scanners de film, les scanners de magasin reflecta DigitDia 6000 et le reflecta DigitDia 6000 avec SilverFast Ai Studio sont disponibles.

Celui qui valorise une meilleure qualité d'image, aura le recours au Nikon Super Coolscan 5000 ED tant qu'il est disponbile. Avec le feeder de diapo, l'appareil Nikon caracole incontestablement en tête en ce qui concerne sa qualité d'image et la possibilité de traitement en pile. Si on s'en sort bien avec la qualité d'image de DigitDia 6000 et avec son prix pas trop élevé vis à vis de Nikon Super Coolscan 5000 ED, il lui sera plus approprié. Une alternative très recommandée est le Braun Multimag SlideScan 6000; Braun est identique du côté fonctionnel, mais posséde avec ses 3900 dpi une résolution effective plus élevée que le DigitDia 6000 (3300 dpi). En plus le Braun Multimag SlideScan 6000 est un peu plus rapide que le reflecta DigitDia 6000.

Pendant que l'appareil ne posséde qu'une qualité d'image moyenne, qui se laisse améliorer sensiblement avec le logiciel de scan SilverFast: Il livre de bons résultats non seulement des dessins lumineux et profonds mais aussi avec la correction de poussière et d'égratignure que le logiciel de maison de Reflecta CyberView.

Page FAQ de Reflecta DigitDia

Avez-vous d'autres questions sur Reflecta DigitDia? Sur notre page FAQ DigitDia, vous trouverez plusieurs questions et problèmes avec réponses et des solutions.

Retour vers la table de matiére scanneurs de filmes-comptes rendus des tests

High-End Scan-Service